Carbanak le braquage virtuel des banques

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Carbanak cyber attaque de banqueKaspersky estime que le malware Carbanak aurait contribué au détournement d’au minimum 300 millions de dollars des banques, considérant que le tort pourrait même s’élever à près d’un milliard de dollars. C’est pas moins d’une centaine de banques qui ont été visées par les hackers, dont “au moins la moitié ont subi des pertes financières importantes. La plupart des victimes de Carbanak ont été volées sans capacité de réagir. L’origine de ce cyber-braquage n’est pas certifié même si certains signes suggèrent que l’origine des attaques se situe en Chine.

Braquage en ligne

Les hackers ont utilisé un nouveau logiciel baptisé Carbanak, qui a infiltré les banques d’abord par une méthode de phishing. Concrètement, des courriels vérolés ont été envoyés à des employés sélectionnés avec le ver informatique en pièce jointe, souvent en falsifiant l’origine de l’expéditeur pour gagner la confiance du destinataire. Une fois la pièce jointe malicieuse ouverte, l’ordinateur infecté a copié le ver informatique sur le réseau interne de la société, silencieusement. Le programme se lance alors dans une quête pour remonter aux ordinateurs des administrateurs ayant accès aux caméras de vidéo-surveillance qui permet de façon général une surveillance de toute l’activité de la banque. Les hackers ont pu ainsi imiter l’activité du personnel afin de transférer et d’encaisser l’argent sans éveiller l’attention.

Depuis 2013, les pirates derrière Carbanak ont tenté d’infiltrer une centaine de banques, de systèmes de paiements électroniques et d’institutions financières, dans plus de 30 pays (dont France, Russie, Etats-Unis, Allemagne, Chine, Ukraine, Canada, Hong Kong, Espagne, Taïwan, Roumanie, Norvège, Inde, Royaume-Uni, Pologne, Pakistan, Népal, Maroc, Islande, Irlande, République Tchèque, Suisse, Brésil, Bulgarie et Australie).

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

4 Réponses à “Carbanak le braquage virtuel des banques”

  1. C’est incroyable, pas moins d’une centaine de banques ont été braquées par ces pirates, en grande partie en Russie mais aussi aux Etats-Unis, en Allemagne, en Chine, en Ukraine, mais aussi en France, ont été ciblées. Un banque aurait perdu à elle seule 7,3 millions de dollars. La société Kaspersky, qui ne nomme aucune banque, indique avoir la preuve que 300 millions de dollars ont été dérobés, mais explique que ce montant pourrait être en fait trois fois supérieur. Un braquage de fou.

  2. C’est fort ! Avoir pu agir aussi tranquillement aussi longtemps, chapeau !

  3. Ils ont fait preuve de patience. Les hackers, dont les opérations seraient toujours en cours auprès de certains établissements, profitent des connaissances acquises sur les routines des banques et de leurs employés pour effectuer des ordres de virement vers des comptes créés également frauduleusement. La tactique utilisée est finalement classique et piège bien d’autres internautes, et débute par de l’ingénierie sociale qui est la vraie faille de tous systèmes, Mitnick l’a démontré. Les pirates commencent par envoyer des emails semblant provenir de collègues de bureau, qui incitent à ouvrir une pièce jointe infectée par le malware, j’imagine le titre des emails bien tentants.

  4. Les cibles du piratage sont en particulier des dirigeants d’entreprises, des directeurs des ventes ou du marketing, ou encore des employés de départements de R&D. Il n’y a pas que les banques qui soient visées. Et la campagne d’espionnage DarkHotel découverte par Kaspersky l’année dernière est toujours d’actualité.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>