A 7 ans, elle pirate un réseau Wi-Fi public

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Au Royaume-Uni, Betsy Davies, âgée de sept ans, n’a pourtant absolument aucune expérience en informatique. Mais à l’aide d’une liste d’instructions fournies par HideMyAss, spécialisée dans les solutions VPN, la petite fille a réussi à pirater un réseau WiFi public dans un café britannique. L’opération a été très simple. Après avoir trouvé un tutoriel vidéo sur Internet pour lui expliquer comment pirater un réseau WiFi, elle a réussi à mettre en place un point d’accès pirate. Cela lui a ainsi permis d’accéder en clair à toutes les données transitant par le réseau WiFi auquel elle était connectée sur ce réseau WiFI public.

Piratage WiFi par une fille de 7 ans

L’opération ne lui a pris que 11 minutes.  Sans aucune connaissance préalable en gestion WiFi et encore moins en piratage de réseau informatique, mais simplement en suivant une marche à suivre trouvée par le biais d’une recherche Google, elle est parvenue à mettre en place un point d’accès pirate afin d’effectuer une attaque visant à intercepter des communications. Si une enfant sans compétence particulière peut effectuer ce piratage WiFi basique sur un réseau WiFi en quelques minutes, imaginez les dégâts qu’un hacker professionnel pourrait commettre avec plus de moyens et avec de meilleures compétences.

Comment se protéger d’un piratage WiFi quand on se connecte dans des lieux publics sur des réseaux qui ne sont pas sécurisés ? La solution c’est HideMyAss qui la donne avec le VPN. Le VPN est un serveur relais qui permet de crypter ses données lors de sa navigation sur internet. Les données passent par un tunnel VPN, et il ne devient plus possible de les intercepter en clair, sur un réseau WiFI malveillant par exemple. Cet outil permet de naviguer en toute sécurité et de manière anonyme. Son utilisation est vivement recommandée lors de ces connexions aux Wifi gratuits sur des hotspots ouverts, dans les hôtels ou les gares. Le VPN est d’ailleurs très facile à installer et il est possible de le configurer en fonction de ses besoins. Il faut seulement choisir un bon fournisseur VPN et, parallèlement, ne pas négliger une bonne hygiène de sécurité, à savoir un système mis à jour, avec des mots de passe sûrs, et des habitudes de surf qui ne prêtent pas à danger.

>> Utiliser un WiFi public sans danger

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

7 Réponses à “A 7 ans, elle pirate un réseau Wi-Fi public”

  1. C’est clair. Ma petite soeur de 8 ans peut le faire.
    Le tout c’est d’empêcher qu’elle le fasse.
    Pirater c’est facile.
    Ne pas se faire prendre c’est autre chose.

  2. C’est effrayant. Si une gamine peut pirater le wifi alors un pro peut tout faire !

  3. C’est vraiment plus qu’inquiétant de voir une gamine pirater les doigts dans le nez.

  4. Il faut faire gaffe avec le wifi !

  5. Les VPN et Tor viennent à la rescousse des réseaux WiFi publics. Ce sont bel et bien de véritables danger pour les internautes qui n’ont majoritairement pas pris conscience du problème. D’où la nécessité, soit de s’en passer, soit d’utiliser un VPN. Ce réseau privé virtuel vous permettra de surfer anonymement, et chiffrera votre connexion, en modifiant votre adresse IP via des serveurs proxys situés à l’étranger par exemple. Et avec les lois de censure d’internet qu’on voit se profiler ça risque de s’amplifier.

  6. 18% des smartphones Android non protégés renferment précisément les informations les plus convoitées par les auteurs des attaques : codes de cartes bancaires, mots de passe pour des services de banque en ligne et autres données financières. De plus, 24% des utilisateurs sous Android y conservent des mots de passe donnant accès à leurs comptes sur des réseaux sociaux, à leur messagerie personnelle ou professionnelle, au réseau VPN de leur entreprise et à d’autres ressources sensibles.

  7. Oui attention, la prudence est souvent de mise lorsqu’on parle de gratuité et il en va de même pour le WiFi public souvent gratuit. Pour preuve ces quatre dernières années, des cadres en voyage ont été victimes d’attaques d’espionnage ciblées alors qu’ils utilisaient le réseau WiFi des hôtels.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>